La Maladie et le milieu Professionnel

Souvent (mais non systématiquement), on note une diminution de la fréquence des crises à l’âge adulte qui permet une activité professionnelle tout à fait normale.

Notre avis : dans la mesure du possible, réfléchir à son orientation professionnelle en fonction de ses difficultés est souhaitable. Par exemple, certains supportent mal la position debout de longues heures pouvant provoquer des douleurs aux jambes ; de même un travail en extérieur avec des températures trop chaudes ou trop froides peut se révéler compliqué. Enfin, réfléchir à un type de statut n’est pas neutre non plus : salarié qui peut permettre une meilleure couverture sociale, profession libérale qui permet un certain aménagement du temps...

Pour les Salariés

La médecine du travail

Une des missions fondamentales du médecin du travail est d’évaluer – compte tenu des caractéristiques du poste et de l’état de santé physique et mentale du patient – son aptitude à exercer les activités inhérentes au poste qu’il occupe sans danger pour lui-même ou la collectivité. Ce contrôle s’effectue à l’embauche puis périodiquement. Après toute absence supérieure à 21 jours ou à la suite d’absences répétées pour maladie, un examen médical est pratiqué. Lors de cet examen, le médecin du travail peut constater une inaptitude partielle au poste et préconiser son aménagement ou sa transformation, voire la mutation du salarié en cas d’inaptitude totale.

L'inaptitude

Si les crises changent de nature et que le salarié, du fait de sa maladie, est incapable d’exercer tout ou partie de ses anciennes fonctions, il peut être déclaré inapte. Cette inaptitude – qui peut être physique ou psychique, totale ou partielle, temporaire ou définitive – doit être constatée par le médecin du travail.

L’employeur se doit alors d’aménager le poste du salarié ou de reclasser celui-ci. Le salarié ne peut, en effet, être licencié que si le reclassement est impossible malgré les efforts de l’employeur pour trouver une solution ou si le salarié lui-même refuse les propositions qui lui sont faites.

En cas de désaccord, la décision est prise par l’inspecteur du travail après avis du médecin inspecteur régional du travail.

 

Dispositifs d’accompagnement des parents d’enfants malades

Les crises peuvent entraîner un absentéisme scolaire et donc professionnel si la présence de l’un des parents auprès d’un enfant malade est nécessaire. Certains contrats de travail prévoient jusqu’à 10 jours pour « enfant malade ». Au moment de l’établissement du contrat, l’employeur est libre d’en prévoir ou pas. Il s’agit là de situations particulières qui peuvent s’organiser, en fonction de la souplesse de l’employeur, grâce à un système de compensation ou, au pire des cas, par la prise de journées de congé sans solde. Dans ce cas de figure, la CAF prévoit une allocation journalière de présence parentale qui sera reversée à l’employé sur présentation d’un certificat médical. Son montant s’élève à 40 euros par jour d’absence.

 

Allocation Journalière de Présence Parentale
AJPP.pdf
Document Adobe Acrobat 83.5 KB

Quelques rappels de droit

L’arrêt de travail

Pour rappel, il est strictement interdit à l’employeur de sanctionner ou de licencier un employé pour raison de santé, sous peine de poursuites judiciaires.

Le harcèlement et la discrimination

La loi de modernisation sociale (N° 2002-73) du 17 janvier 2002 reconnaît le harcèlement moral, défini comme « des agissements répétés qui ont pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte (aux) droits et à (la) dignité, d’altérer (la) santé physique ou mentale ou de compromettre (l’)avenir professionnel (de son employé) » et la loi du 11 février 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » interdit strictement toute discrimination fondée sur l’état de santé.

Reconnus pour leur pouvoir néfaste sur le mental, le harcèlement et la discrimination sont aujourd’hui considérés comme des délits passibles de sanctions disciplinaires et pénales.

Un malade atteint de FMF peut il être considéré comme un travailleur handicapé ?

Très peu de malades atteints de FMF sont déclarés handicapés. Peu le demandent car peu de personnes se trouvent en situation de ne pas pouvoir travailler. Et si c’est le cas, il faut déclarer une crise au bon moment ! Ce statut est obtenu après avoir déposé à la Maison départementale des personnes handicapées un dossier comprenant notamment un certificat médical circonstancié rédigé par le médecin. Le suivi se fait alors au cas par cas en suivant le cadre fixé par la loi sur le handicap 2005. Afin de bénéficier du statut de personne handicapée, il faut souffrir d’une incapacité d’au moins 80%.

Déterminée par la CPAM, cette condition se définit selon la capacité de la personne à effectuer des gestes quotidiens (se nourrir, s’habiller, se déplacer…). Elle ne concerne donc pas les patients atteints de FMF.
Dans chaque département, il existe une maison départementale des personnes handicapées. Elle seule est habilitée à donner l’aval pour un certain nombre d’aides.

Informations sur la carte d'invalidité
La carte d'invalidité.pdf
Document Adobe Acrobat 34.7 KB