Grossesse, Stérilité & Allaitement

Risque de Stérilité sans traitement de Colchicine :

Pour les hommes, la répétition de l’ inflammation des orchites et des séreuses peut entrainer une sclérose testiculaire qui elle-même peut entrainer une altération de la production des spermatozoïdes.
Pour les femmes, la répétition de crises de type péritonite peut entraîner à terme une stérilité tubaire (trompes qui se bouchent).

Que se passe-t-il sous traitement de colchicine ?

  • Pour les femmes : il n’y a aucun risque de stérilité lié à la prise de colchicine.
  • Pour les hommes: il a été suspecté que la colchicine entraînerait une stérilité qui serait réversible à l’arrêt du traitement. Cette information n’a jamais été prouvée scientifiquement. La seule expérience scientifique réalisée en laboratoire a montré que les spermatozoïdes humains se comportent anormalement en contact avec la colchicine à des concentrations 3 000 fois supérieures à celles obtenues après la prise aux doses prises dans la FMF ! Et les expériences animales montrent que la diminution de production de spermatozoïdes ne survient que pour des doses 30 à 50 fois supérieures aux doses utilisées dans le traitement de la FMF…
    Enfin, les hommes atteints de FMF et papa sont pléthores.

La grossesse

Il a été prouvé que la colchicine ne provoque pas de malformations chez le fœtus. En revanche, la récidive de crises de FMF peut mettre en danger la grossesse (risque de fausse couche). Le consensus international est donc de poursuivre la colchicine pendant la conception et la grossesse, et la FMF ne constitue pas en soi une indication pour réaliser une amniocentèse en l’absence d’autres facteurs. Il est recommandé de remplacer le Colchimax® par la colchicine pendant la grossesse. Pour assurer le meilleur suivi possible pendant la grossesse, il est recommandé de planifier une visite chez le spécialiste de la FMF pour créer un lien avec le gynécologue-obstétricien.

 

L’allaitement

Rien n’empêche une femme sous colchicine d’allaiter son enfant. Petit conseil pratique : sachant que le pic de colchicine dans le lait se situe une à deux heures après la prise du médicament et diminue entre sept et onze heures après la prise, il est conseillé de prendre le traitement juste avant la tétée du soir. Ainsi, la quantité de colchicine absorbée par l’enfant est la plus faible, et disparaîtra une fois que les tétées de la nuit seront arrêtées.

 

Il est également recommandé d’éviter l’utilisation de la spécialité Colchimax® qui correspond à un mélange de colchicine, d’anti-diarrhéique (morphinique) et de tiémonium (atropinique). Étant un dérivé d’opiacé, ce médicament peut provoquer une somnolence chez le bébé et un risque d’accoutumance avec syndrome de sevrage. Les contre-indications présentées dans le chapitre sur la colchicine sont également valables pour la maman et pour le bébé : il est déconseillé d’administrer des macrolides aux enfants allaités dont la mère reçoit de la colchicine.

Le diagnostic prénatal

Cette question est définie par la loi Éthique en France. Le comité d’éthique a répondu précisément sur la FMF : aucun dépistage anténatal de la FMF n’est accepté car la maladie n’est pas assez grave et, par ailleurs, il existe un traitement. Par conséquent, depuis 2007, le diagnostic anténatal pour la FMF est interdit en France.